PARTAGER

En communication politique, le choix des mots n’est jamais anodin. Malgré les récents évènements, tels que le décès de Cédric Chouviat ou ce croche-pied d’un policier à Toulouse, le gouvernement ne prend pas les mesures nécessaires.

Sur les 300 enquêtes ouvertes par l’IGPN depuis un an, seuls deux policiers ont été jugés… Analyse de la novlangue macronienne, et des raisons pour lesquelles le gouvernement se refuse toujours à parler clairement de « violences policières »…

Publicité